Des croisières inoubliables en terre Bretagne

Voie navigable

Depuis le temps que l’on me parle des croisières fluviales sur les canaux navigables de la France, je voulais à tout prix essayer cette formule. C’est maintenant chose faite, je rentre à peine d’une virée en bateau de deux semaines et je n’ai plus qu’une envie, c’est de repartir.

Glénac était mon port d’attache

Dès que j’ai parlé de mon intention de visiter la région de la Bretagne par le biais de ses voies navigables, on m’a fortement recommandé de me rendre en Glénac. Localisée au cœur même du Morbihan, cette pittoresque commune française jouit d’une position géographique très privilégiée puisqu’elle borde le Canal qui mène de Nantes à Brest. D’où ma décision d’opter pour Glénac comme point de départ de mes excursions. Qui plus est, un loueur de bateau, Nicols, dispose d’une base dans la marina glénacoise. C’est ainsi que pour explorer la région à ma guise, mais surtout en toute liberté, j’avais prévu la location de péniche.

Même sans notions de pilotage, j’ai pu disposer d’un véhicule flottant, car l’entreprise propose des navires sans permis. Toutefois, pour m’assurer de faire des choses comme il faut, j’ai tout de même investi dans un petit guide fluvial. En plus de la cartographie, la brochure contenait également des guides touristiques de la région.

Mon itinéraire

Navigation sur le canal

La première semaine, j’ai commencé à faire le tour des sites d’attractions touristiques du coin. Je ne partais en excursions fluviales qu’après le déjeuner. La raison ? Pour me familiariser d’abord avec le bateau, je faisais de courts trajets au départ. Vers la fin de mes vacances, j’ai finalement osé les parcours bien plus longs.

Et je me souviendrai toujours de Malestroit, mon port de débarquement. Située à cinquante-cinq kilomètres de Glénac, toujours dans le Morbihan, cette commune m’a beaucoup séduit pour ses maisons à colombages. J’ai d’ailleurs fait plusieurs photos. Néanmoins, avant d’y arriver nous avons tout de même passé dix écluses. En outre, nous avons fait aussi des escales pour ne citer que St Martin-sur-Oust, pour visiter Château de Castellan, par exemple. Ou encore Manoir de Balangeard à Saint Laurent.

Pour la deuxième croisière, je me suis aventuré jusqu’à La Roche-Bernard. Il n’y avait malheureusement que quatre écluses, mais le parcours valait largement le détour entre le site naturel de l’ile au pie avec son incroyable parcours aventure, ou encore Rieux avec ses Ruines château fort médiéval. Une fois à La Roche-Bernard, ne manquez son port et ses vieux quartiers. Enfin, pour ma troisième et dernière ballade, je me suis rendu à Josselin.

Écrit par Maxime le dans Mes voyages

Un petit partage ?

Donner votre avis

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : wvk82keh76